L’intégrateur informatique français AntemetA lance une offre intégrée de cloud privé et cloud public. Objectif : accompagner la transformation numérique de ses clients ETI par le cloud hybride, et répondre à leurs besoins de sécurité des données et de maîtrise des coûts.

 

La France compte un nouveau fournisseur de cloud public : AntemetA. Mais pour cet intégrateur informatique français, basé à Guyancourt, son offre n’est pas une finalité en soi. L’objectif est d’accompagner la transformation numérique de ses clients ETI en leur proposant une démarche de cloud hybride répondant à leurs besoins spécifiques de sécurité des données et de maitrise des couts.

2 DATACENTERS PRÈS DE PARIS

Fondée en 1995, AntemetA offre des services d’intégration informatique à 600 ETI françaises, dont Beaumanoir, Lacoste et Alten. La PME emploie 200 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros sur son dernier exercice fiscal clos en mars 2016, en croissance de 15%. Depuis 2007, elle propose des services de cloud privé (dédié à une entreprise et sans aucune mutualisation) et de cloud managé (dédié à une entreprise avec un faible niveau de mutualisation) à partir de deux datacenters chez l’hébergeur informatique Equinix, l’un à Courbevoie, l’autre à Aubervilliers.
En étendant son offre au cloud public, c’est-à-dire à une plateforme informatique totalement mutualisée, AntemetA s’inscrit dans une démarche de cloud hybride combinant d’une façon intime cloud privé et cloud public. « Avec cette offre, nos clients conservent la maîtrise de la sécurité de leurs données et des coûts, explique son président-fondateur Stéphane Blanc. Ils peuvent donc utiliser le cloud public comme moyen de débordement lors des pics d’activité. »

DÉPLOIEMENT EN SEULEMENT 1 MOIS

L’offre de cloud public comprend des services de cloud d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service), de plateforme (PaaS pour Platform as a service) et, via une place de marché, de logiciels à demande (SaaS pour software as a service) en provenance de partenaires. Elle a été construite en 18 mois sur la base de logiciels OpenStack, la plateforme open source de cloud. Son développement représente un investissement de l’ordre de 2,5 millions d’euros.
Stéphane Blanc insiste sur l’intégration de cette offre. « A travers le même portail, le client peut gérer ses usages dans le cloud privé et le cloud public, accéder à une offre d’applications à travers notre place de marché, s’assurer de la sécurité de ses données et savoir combien tout cela lui coûte », explique-t-il. Autre atout : la rapidité de déploiement. « Imaginez que vous puissiez faire des mini cloud à l’Amazon Web Service et que vous puissiez les porter dans le système d’information de l’entreprise en seulement un mois, c’est ce que nous proposons grâce au niveau élevé d’industrialisation de notre offre de cloud sur OpenStack », estime le patron d’AntemetA.

TEST CHEZ 35 CLIENTS

Cette offre de cloud hybride va être en test chez 35 clients dans les semaines à venir. Aujourd’hui, le cloud représente 16 millions d’euros de chiffre d’affaires pour l’intégrateur français. « Avec la nouvelle offre de cloud hybride, le chiffre pourrait atteindre 30 à 35 millions d’euros dans deux ans sur un revenu total de 100 millions », prévoit Stéphane Blanc.

 

RIDHA LOUKIL
Lire l’article en ligne.