Gordon E. Moore (1929- ) est un des cofondateurs avec Robert Noyce et Andrew Grove de Intel en 1968. Il a énoncé cette loi lors d’un congrès de 1965 en expliquant que le nombre de transistors dans les processeurs devraient doubler tous les 2 ans, et cela éternellement. Le nombre a été ramené par la suite à 18 mois, mais monsieur Moore ne semble jamais l’avoir dit. C’est devenu une loi de base de l’informatique.

J’ai quand même envie de vous dire : depuis quand les lois se rapportant à l’informatique, qui est un mélange de physique, de chimie traversée par de l’électricité, peuvent énoncer des prévisions aussi peu vérifiable qu’une prophétie de Nostradamus ? Moi aussi j’aimerais énoncer avec autant d’aplomb que…. que par exemple….heu… bon, ça ce n’est pas un bon exemple. Mais quand même !

Il faut bien avouer que cette loi commence à ne plus fonctionner, les commentateurs et spécialistes de la chose ont énoncé en 2016, que la loi de Moore ne sera plus vraie d’ici quelques années. Mais elle aura tenue au moins 50 ans. Les progrès faramineux et la course à toujours plus de performance ont eu raison de cet énoncé.

Mais quand même, on aura bien rigolé, et ce n’est pas terminé. Tout le monde, même les connaisseurs, attendent avec impatience une nouvelle phrase magique, un axiome applicable à un ensemble fini ou infini, qui valide un discours, une phrase ou un dîner en bonne compagnie. C’est ce genre de phrase qui fait de vous une personne « qui en sait des choses », et qui peut en plus essayer d’extrapoler à d’autres sujets : et si la loi de Moore s’appliquait… au taux de CO2 dans l’atmosphère ? Ou bien à la quantité de données informatiques produite ? Ou mieux, au montant de ma prime annuelle ?

Rappelons-nous simplement qu’on ne retient en général que ce que les grands hommes et femmes ont dit de vrai, et trop rarement là où ils se sont trompés.

 

À l’origine (1965) Gordon Moore prévoyait 12 mois, mais pour la complexité des semi-conducteurs en général et à coût constant. Il l’a rapidement (1975) amendé en l’étendant aux circuits intégrés à haute densité des microprocesseurs et en allongeant la durée à deux ans. Elle est toujours valable sur une période de plus de 40 ans. Entre 1971 et 2001, la densité des transistors a doublé sur un peu moins de deux ans. Aujourd’hui, on voit souvent une formulation donnant 18 mois pour un peu toute performance dans le domaine de la microélectronique.

 

Vous trouverez plus de précisions ici : http://villemin.gerard.free.fr/Multimed/Moore.htm#top

About the author

Loïc BOUQUET

Loïc BOUQUET

Au service de la Force et des datacenters. Mon héro c’est DCX Man. J’écris aussi des articles sur les infrastructures, le cloud, les systèmes et sur les lois qui régissent l’informatique, mais pas seulement.

View all articles