Les coulisses AntemetA

Pauline LEFAIX : Salut Laurent, pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Laurent Gisquet : Bonjour Pauline. Pour faire bref, j’ai la responsabilité de la business line « Plateformes & Solutions » chez AntemetA. Cela regroupe les activités de « Plateform as a Service » et notamment tout ce qui concerne les services autour de SAP ou encore de la tierce maintenance d’exploitation autour des systèmes d’exploitation et des bases de données. Comme on aime bien les trigrammes, on appelle cela SCS pour Solution Customer Service.

PL : Vous faites également partie des vieux de la vieille de la société ?

LG : Je note une certaine délicatesse dans la façon d’amener les choses, Pauline !
Eh bien oui, cela fait maintenant presque 20 ans que je suis dans l’entreprise. J’ai connu Stéphane BLANC (le président fondateur) dans une vie antérieure, c’était un client et je lui vendais du matériel. J’aimais sa vision du métier et quand l’occasion ou plutôt l’aventure s’est présentée, je n’ai pas eu à réfléchir très longtemps. Le temps m’a donné raison.

Initialement, j’ai une formation technique en informatique industrielle, mais j’ai basculé vers l’informatique de gestion qui est plus fun, le marché est plus grand et les sujets me passionnent davantage. Chez AntemetA, j’ai touché un peu à tous les métiers. Aujourd’hui, j’ai un profil plus orienté vente, pilotage et management.

Notre offre SAP s’adresse à tous les métiers et secteurs d’activités. Notre approche est très horizontale car les fondamentaux sont toujours les mêmes que l’on soit dans la distribution, l’industrie tel que « Oil and Gas » ou la banque finance. En revanche, la taille du client peut avoir un impact sur notre approche.

PL : Votre offre SAP consiste en quoi ?

LG : Au départ, notre valeur ajoutée était autour des matériels permettant de faire fonctionner des environnements SAP. Puis, pour accompagner au mieux nos clients consommant ce produit « on-premises », en hybride ou sur nos datacenters, nous avons développé des services complémentaires. Sur la partie MCO (Maintien en Conditions Opérationnelles), nous avons un véritable savoir-faire sur l’infrastructure, la gestion du système d’exploitation et les bases de données. Sur la partie purement SAP, notre savoir-faire est remarquable dans nos gestes techniques, l’exploitation, la mise à jour et la sécurisation de la solution. Nous ne sommes pas dans la partie fonctionnelle ; pour cela, nous travaillons avec des partenaires afin d’offrir la meilleure qualité de service au client final et une solution de service de bout en bout. Le fameux et historique « guichet unique » chez nous.

PL : AntemetA ne s’arrête plus ! SAP, cloud, cyber sécurité, gestion de données… GDPR ! L’offre est encore compréhensible par vos clients ?

LG : Il y a une suite logique et tout cela s’est fait dans le temps, même si nous pouvons noter une réelle accélération depuis 3 ans. Le marché évolue, les gens consomment plus et ils veulent un produit fini. Hier on proposait un produit fini vis-à-vis d’un Responsable de Production, maintenant l’IT est partout et touche directement les métiers de l’entreprise (les services R&D, marketing, la finance, les directions opérationnelles…). L’offre devient plus globale, plus packagée. Aujourd’hui nous offrons des solutions plus complexes, tout en maintenant notre niveau d’expertise. Pour autant, face à nos clients, l’offre doit rester simple et facile d’accès.

PL : Des références dans SAP ?

LG : Plus de trois cents, de la PME au très grand compte ! SAP, cela fait près de 15 ans que nous en faisons mais on ne le nommait pas. On fournissait du serveur, du stockage, de la sauvegarde, du service… à près de 40 % de nos clients qui avaient un ERP ; SAP en faisait évidemment partie. Naturellement, nous avons développé de la valeur sur des couches techniques plus hautes et nous avons nommé cette offre. Nous avions le SAVOIR-FAIRE mais, je l’avoue, nous étions peut-être un peu moins forts sur la partie FAIRE SAVOIR.
Le « hardware » a longtemps été le parent pauvre de SAP, la problématique était limitée à des soucis de performance ou de temps de réponses. Maintenant, avec l’arrivée de SAP HANA, le matériel est certifié, packagé et de ce fait, nous nous retrouvons impliqués dans l’ensemble du process. Des clients nous sollicitent sur l’ensemble du spectre SAP. Tu vas me dire « oui, mais des noms ? » et je te réponds non, car nous avons des engagements vis-à-vis de nos clients et on ne peut pas les citer sans leur accord.

PL : C’est quoi, la cellule SAP chez AntemetA ?

LG : Commençons par parler des hommes, puisque cela représente une équipe d’environ vingt personnes (près de 10 % des salariés de la société). Nous consolidons sans cesse notre savoir-faire sur la partie base de données (SQL Microsoft, ASE,…) as a Service. Nous nous appuyons également sur l’ensemble des compétences et expertises AntemetA que nous intégrons implicitement dans l’offre : nos spécialistes stockage, serveurs, virtualisation, sauvegarde, cloud, cyber sécurité.
J’aimerais également citer Edmond KIMBALOULA, qui est responsable de la BU SAP. C’est lui qui a l’immense responsabilité de l’équipe. Il a 25 ans d’expertise SAP. Son niveau de compétence et de connaissance du sujet sont des atouts majeurs pour nous.
Nous avons des objectifs très ambitieux sur SAP, notamment sur la plateforme as a Service. Nous souhaitons atteindre entre 10 et 15 % du chiffre d’affaires à moyen terme.

PL : Si vous aviez l’occasion de changer de métier du jour au lendemain, vous feriez quoi ?

LG : Sérieusement ? J’aimerais construire des garages en bois pour mettre des jolies voitures anciennes. J’adore le bois. Ça vous fait sourire, je vois ?

PL : D’où les sculptures d’animaux en bois dans votre bureau ? C’est vous ou votre fils qui les avez faites ?

LG : Je ne sais pas comment le prendre 🙂 C’est bien moi, oui, mais il faut être réceptif pour comprendre cette passion qui est hautement philosophique. Bon, passons, je vous sens très peu sensible à cela.

PL : Ok, bon, revenons à des choses plus terre à terre. Comment voyez-vous AntemetA dans 3 ans ?

LG : Nous allons continuer à consolider nos parts de marché en nous orientant dans le service autour de l’infrastructure. Notre objectif est d’avoir une position de leader auprès des ETI. Notre offre Arcana Dynamic Cloud est un formidable levier pour atteindre nos objectifs. Mais tout cela ne doit pas se faire au détriment de la qualité de service que nous devons offrir à nos clients. Quelque chose d’important également : l’âme de la société, insufflée notamment par Stéphane Blanc, est un véritable atout et on ne doit pas la perdre dans cette course effrénée.

PL : Et vous, dans 5 ans ? Retraite ?

LG : Je vais en parler à mon patron, il va adorer ! Je vais enfin pouvoir développer ma passion et en vivre. On en reparle dans 5 ans, je pense que je serai à peu près au même endroit avec la même envie dans l’IT, on parlera de nouveaux sujets toujours plus innovants… Ou sinon, un chalet à la montagne pour profiter des merveilles de la nature et du bois en faisant de l’IT as a Service, Stéphane (ndlr le patron) viendra me voir une fois par mois. Regarde ! j’ai déjà les chaussures qui vont bien…

 

Chuuuttt… surtout ne le répétez pas !

#Ta PASSION/HOBBY : Passion du bois, la montagne, des vieilles voitures et le vin.

#Ton PÉCHÉ NON AVOUABLE : Il n’est pas avouable. Trop dangereux.

#Ta super COLLECTION : Les personnages en bois que je fais venir de Suède entre autres. Je fais partie d’un collectif assez actif sur les réseaux sociaux qui se passionne pour le sujet. Le prochain rassemblement aura lieu à Rome, vous êtes vivement conviée.

#Une ANECDOTE SUR AntemetA : Si vous avez 3 heures devant vous, j’en ai des tonnes mais certaines sont classées « SECRET DEFENSE ». Je dirais à chaud : l’anniversaire surprise dans le bureau de Stéphane BLANC, transformé en boite de nuit pour l’occasion.

#Ton CHIFFRE PRÉFÉRÉ : Le 7.

#Ta COULEUR PRÉFÉRÉE : Ce n’est pas très original… le bleu.

#Ton GIMMICK : À demain pour de nouvelles aventures !